Navigation – Plan du site

Dissidence sociale et identités culturelles en Grèce au XIXe siècle

Social dissidence and cultural identities in Greece in the 19th century
Stathis Damianakos
p. 105-129

Résumés

Jusqu’en 1830 et la constitution de l’État grec, les clephtes jouissaient d’une haute considération sociale, mais furent par la suite considérés comme des criminels de droit commun. Ce renversement s’explique par les transferts de légitimité qui s’opérèrent autour de 1830 : sous les Ottomans, la société civile (la paysannerie grecque) et la société politique (les autorités) fonctionnaient dans une certaine complémentarité grâce au principe d’autonomie. Le bandit social, véritable notable local, trouvait alors sa place comme médiateur entre les deux pôles. En revanche,  l’arrivée des Bavarois le rendit inutile et dangereux. La figure du clephte se pérennisa donc dans la mentalité populaire en subissant une distorsion : il était désormais un modèle de résistance sociale, légitimé par les illégalismes face à la société de droit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stathis Damianakos, « Dissidence sociale et identités culturelles en Grèce au XIXe siècle », Études balkaniques, 3, 1996, 105-129.

Référence électronique

Stathis Damianakos, « Dissidence sociale et identités culturelles en Grèce au XIXe siècle », Études balkaniques [En ligne], 3 | 1996, mis en ligne le 08 avril 2009, consulté le 26 mai 2017. URL : http://etudesbalkaniques.revues.org/385

Haut de page

Auteur

Stathis Damianakos

C.N.R.S., Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org