Navigation – Plan du site

La formation de la vie sportive à Thessalonique (première moitié du XXe s.)

The Formation of a Sports Environment in Salonica during the First Half of the Twentieth Century
Vassias Tsokopoulos
p. 127-144

Résumés

Cet article entreprend une étude de la structure sportive de la ville de Thessalonique durant la période cruciale de 1900 à 1925 lorsqu’elle passe du statut de ville multiculturelle et avant-garde de l’Empire ottoman à celui de deuxième ville de l’État grec. Cette étude s’articule autour de trois événements clefs, la Révolution Jeune-Turque de 1908, l’annexion à la Grèce en 1912 et le grand incendie de 1917 qui bouleverse son tissu démographique et urbanistique. Elle présente le cadre du développement du sport et plus particulièrement pour les deux seules deux communautés de la ville présentes durant l’ensemble de la période étudiée : les grecs-orthodoxes et les juifs.

Haut de page

Texte intégral

1Thessalonique peut être à juste titre considérée comme un berceau de l’athlétisme en Grèce, puisque c’est dans cette ville que, assez tôt, le mouvement sportif acquit des structures complètes. Le phénomène sportif s’inscrit dans la conjoncture historique complexe du premier quart du XXe siècle, laquelle produisit au sein de la ville des équilibres continuellement changeants en ce qui concerne l’organisation sociale et politique. Entre 1900 et 1925, trois événements majeurs qui bouleversèrent la vie sociale de Thessalonique entraînèrent deux changements d’importance pour l’athlétisme de la ville : la révolution des Jeunes-Turcs en 1908, l’intégration de la ville à la Grèce en 1912 et, enfin, le grand incendie de 1917, désastreux pour l’organisation sociale et urbaine.

  • 1  L’incendie réduisit en cendres 9 500 maisons et tous les édifices publics, laissant 73 000 habitan (...)

2L’Empire ottoman, dont Thessalonique était un important centre urbain, formait le cadre traditionnel. La révolution des Jeunes-Turcs modifia les relations politiques entre ses sujets – le libéralisme du nouveau régime ayant permis aux communautés nationales vassales de s’exprimer plus ouvertement. Cette libéralisation eut des répercussions sur le domaine sportif, vu que les clubs sportifs sont eux aussi des formes d’organisation sociale et qu’ils acquirent ainsi un cadre d’expression plus souple. D’autre part, l’émergence des nationalismes, source de violents conflits entre communautés, pénétra les institutions de cette ville multiethnique. Ceci eut également des retombées sur l’athlétisme. L’intégration de Thessalonique à l’État grec bouleversa les relations entre communautés ethniques, du fait qu’elle donna la primauté à la communauté grecque. Pourtant, il fallut encore attendre longtemps pour que cette intégration soit vraiment effective. En effet, l’occupation des Alliés en 1916 et ladite « discorde nationale » annihilèrent en partie les avantages que l’intégration avait donnés à la communauté grecque. En outre, l’importante communauté juive faisait obstacle à toute prétention d’homogénéité ethnique. Ainsi le grand incendie de 1917, qui détruisit complètement le centre de la ville, touchant principalement la communauté juive, joua un rôle d’accélérateur vers l’intégration nationale de Thessalonique1.

  • 2  Ioannis Fokianos, initiateur de l’éducation physique en Grèce, y joua un rôle important. Voir N. C (...)

3Sous les Ottomans, le sport se présentait plutôt comme une branche de l’organisation culturelle, notamment au sein des communautés grecque et juive. Vers la fin du XIXe siècle, la gymnastique commença à se répandre dans les établissements scolaires grecs2. Cette discipline, enseignée suivant le système allemand, reflétait les évolutions de l’Europe – la redécouverte du corps et la culture physique, considérée comme une composante majeure de l’idéal humain de l’époque moderne.

  • 3  Les conflits entre membres d’une même association conduisant jusqu’à la scission n’étaient pas rar (...)

4La situation évolua au début du XXe siècle. Suite à la fondation de l’« Association des amis des arts » (grecque) en 1899, et de l’Union Sportive (juive) en 1901, le sport, qui n’était jusqu’alors tenu que pour simple exercice physique, commença à se libérer de ce carcan et s’inscrivit dans le cadre d’une expression culturelle plus vaste. L’« Association des amis des arts » développa des activités sportives – athlétisme, football, natation, gymnastique, courses et randonnées cyclistes – qu’elle inclut dans son action culturelle. Néanmoins, la coexistence des activités sportives et culturelles ne fit pas long feu. Après 1906, l’Association déclina et ses membres supprimèrent la section sportive au profit de la musique, qui était son principal objet. Il en résulta la fondation, en 1908, de l’association « Hiraklis », club sportif à proprement parler3. Par contre, à l’intérieur de la communauté juive, les activités culturelles et sportives continuèrent à coexister harmonieusement, ainsi que le montre le cas de Maccabi.

Associations sportives de la communauté juive

  • 4  Grecs : 13 683, Juifs : 14 319, Turcs : 9 826, autres : 1 889, d’après le journal Nea Alitheia, qu (...)
  • 5  Journal Foni tis Makedonias [Voix de la Macédoine], 11 juin et 3 juillet 1919.
  • 6  Sur la Fédération, voir A. Benaroya, Le premier carrefour du prolétariat grec, (en grec), Athènes (...)

5La communauté juive, nombreuse et vigoureuse, était incontestablement le creuset le plus fécond du sport, du moins durant les premières années du XXe siècle. La population juive – la communauté juive de Thessalonique, qui remontait à l’époque byzantine, accueillit les Juifs chassés d’Espagne à partir de la fin du XVe siècle – était majoritaire dans la Thessalonique ottomane. Après l’intégration de la ville à l’État Grec, elle formait encore la plus importante communauté ethnique, non seulement en nombre, mais aussi en qualité. En 1915, les électeurs juifs étaient plus nombreux que les grecs4. La communauté juive contrôlait de plus la grosse part du commerce, du marché et du système de crédit. Installée au centre de la ville, elle donnait le ton à la vie sociale. En 1919, se tint à Thessalonique un Congrès Sioniste, où furent représentées 13 associations sionistes venues de toute la Grèce. C’est alors que fut fondée l’Union sioniste (grecque). Son Conseil d’administration comptait quinze membres, dont sept Juifs de Thessalonique. D’après un journal grec, quelques jours après les pogroms perpétrés contre les Juifs en Pologne, une manifestation de protestation rassembla plus de 15 000 Juifs5. C’est aussi du sein de la communauté juive qu’émergea le mouvement socialiste de Thessalonique. Il se concrétisa par la fondation de la « Fédération », qui organisa la classe ouvrière de la ville6.

6L’activité sportive n’était donc qu’un seul des multiples aspects de la vie culturelle pluridimensionnelle de la communauté juive. On recensait des représentations théâtrales, des conférences, des bals, la publication de trois journaux (un en ladino et deux en français) etc. Cette vitalité se traduisit aussi dans un mouvement sportif florissant, articulé autour d’infrastructures inconnues aux associations de la communauté grecque – les équipes juives, par exemple, disposaient d’un terrain d’entraînement et de compétition qui était le fruit d’une donation de Modiano, grand bienfaiteur de la communauté.

  • 7  Christodoulou, op. cit., p. 19.

7La première association sportive issue de la communauté juive de Thessalonique, l’Union Sportive, fut fondée en 1901-1902. Elle organisait diverses activités sportives et détient le « privilège » d’avoir été à l’origine de l’introduction du football dans la ville. Même si elle était fortement attachée à la communauté juive cette association avait un caractère interethnique et comptait parmi ses membres le consul de Belgique, l’archiprêtre de l’Église anglicane, le commandant de la mission militaire italienne, etc. Il semblerait qu’elle eût aussi été ouverte aux Musulmans. En effet, nous lisons que lors d’une course qu’elle avait organisée, « un Turc »7 prit la deuxième place. L’Union Sportive déclina, puis disparut en 1908, mais fut remplacée par l’association sportive « Odax ». Ce déclin, qui était d’ailleurs parallèle à celui de l’« Association des amis des arts », coïncide avec l’apparition du nouvel esprit que le mouvement des Jeunes-Turcs avait répandu dans la ville.

  • 8  Christodoulou, op. cit., p. 119, 196 et 200.

8Après 1912, sur les cinq associations sportives les plus importantes de la ville, quatre étaient juives. Il y avait d’abord « l’Union des anciens élèves de l’Alliance israélite universelle », qui était la section sportive de « l’Association des anciens élèves de l’Alliance israélite universelle ». Elle avait une équipe de football et disposait de son propre terrain (dont le propriétaire était Jacob Modiano, président d’honneur de l’Alliance). Il y avait ensuite « l’Union des anciens élèves de l’École franco-germanique », qui elle aussi avait une bonne équipe de football. À ces deux clubs, s’ajoutaient le « Progrès Sportif », petit club de jeunes Juifs, et l’« Association gymnastique de Thessalonique Maccabi ». Maccabi, fondée en 1908, était une annexe de l’Association sioniste Théodore Herzel. Cette association, la plus importante de toutes, comprenait un programme culturel, proposant des conférences, des spectacles de gymnastique et des représentations artistiques8. En 1909, la section théâtrale de l’Association représenta la pièce « Les Macchabées », inaugurant ainsi une série de spectacles, ayant lieu tous les ans à l’occasion de la fête juive de Hanoukka. Après que Thessalonique fut intégrée à la Grèce, l’activité théâtrale de Maccabi se poursuivit avec des œuvres tirées du répertoire classique, telles que Molière, etc. En outre l’intégration au Royaume de Grèce ne semblait pas ipso facto perturber le développement des associations sportives juives. En 1915, deux nouvelles équipes de football juives virent le jour : « Phénix » et « Victoria ».

9Le véritable tournant se situe en 1917. Après le grand incendie de la ville, la plupart des équipes disparurent. Tel fut le cas de l’Alliance, de l’Union des anciens élèves de l’École franco-germanique et du Progrès Sportif. L’incendie détruisit de nombreuses installations sportives, les bureaux des associations, des fortunes s’envolèrent en fumée et une grande partie de la communauté juive fut ruinée et dispersée aux alentours de la ville.

  • 9  Les conflits remontent à l’époque ottomane. En 1903, de sérieuses bagarres éclatèrent à l’occasion (...)

10Seule Maccabi, l’association la plus résistante de la communauté, survécut à l’incendie. C’est par les relations de cette association avec les clubs grecs que, dans le domaine du sport, les conflits avec la communauté grecque sont rendus sensibles. En effet, Maccabi avait de fréquentes frictions avec le club grec « Hiraklis ». Après 1917, celles-ci devinrent publiques et acquirent un « caractère racial et religieux ». S’inscrivant dans le cadre des différends opposant les communautés juive et grecque, ces conflits furent attisés par la presse et obligèrent Venizélos à stigmatiser au Parlement l’antisémitisme de certains journaux grecs9.

11Néanmoins, la vitalité de la communauté juive continua à alimenter le sport après 1917. En dehors de Maccabi, une nouvelle association sportive, « Akoah », vit le jour et prospéra. Fondée en 1924, « par un travail et un entraînement systématiques, elle se hissa à la tête du mouvement sportif juif » de la ville. Ses activités sportives comprenaient l’athlétisme, le football, les sports nautiques, le cyclisme, etc. Elle comptait alors 400 membres, sportifs et non sportifs, et disposait d’un terrain pourvu de petites installations, que lui avait concédées Isak Modiano.

Associations au sein de la communauté grecque : le cas d’Hiraklis

12Au sein de la communauté grecque du début du XXe siècle, l’« Association des amis des arts » détenait une place spéciale et assumait un rôle important. Cette association, qui comprenait aussi une section sportive, s’était fixée comme objectif principal la promotion de l’éducation grecque. La fonction « nationale » de l’association fut exprimée dès le départ. En 1905, par exemple, lors du premier match de football contre l’Union Sportive (juive), ses footballeurs jouèrent sous les couleurs blanc-bleu, couleurs du drapeau grec. Par contre, en 1906, lorsque ces mêmes joueurs se rendirent à Athènes pour participer à l’Olympiade, ils portaient un « maillot noir » en signe de deuil pour l’ « hellénisme asservi ». La séparation entre activités sportives et activités culturelles était due à la méfiance de la plupart des membres de l’association vis-à-vis du football. L’« Association macédonienne de gymnastique Hiraklis », fondée en 1908, prit, organiquement et idéologiquement, la relève de la section sportive de l’« Association des amis des arts ». Dans ses statuts, elle prévoyait, parmi les moyens déployés pour atteindre ses objectifs, « l’entraînement physique de tous les Grecs » (même des « Grecs non-membres » contre une certaine somme d’argent). Les athlètes étrangers constituaient une infime minorité au sein de l’« Hiraklis », à l’opposé de l’Union sportive qu’on peut qualifier non seulement d’équipe juive, mais aussi d’équipe internationale.

  • 10  Le fonctionnement monopolistique, dans l’organisation du sport, perdura en fait jusqu’en 1921, ann (...)

13Au sein de la communauté grecque, « Hiraklis » monopolisa les activités sportives. Il se chargea d’organiser la jeunesse grecque dans des objectifs aussi bien sportifs que nationaux10. En 1912, avant l’intégration de Thessalonique à l’État grec, il réussit à organiser les premières Compétitions sportives juniors avec la participation de toutes les écoles de la ville. Lors du défilé d’ouverture, les sportifs d’« Hiraklis » portaient un maillot « bleu-blanc », ce qui ne manqua pas de provoquer un commentaire réprobateur de la part du Gouverneur des officiers Jeunes-Turcs.

  • 11  Christodoulou, op. cit., p. 109.
  • 12  Christodoulou réprouvait vivement le caractère racial que le conflit prenait, op. cit., p. 70.

14Cet attachement à l’identité nationale perdura au-delà de l’intégration de Thessalonique à la Grèce. En 1920, par exemple, « Hiraklis » tenta d’organiser une grande fête sportive avec l’organisation scoute. La fête fut finalement annulée, mais sa couleur idéologique nous est restituée dans les écrits de Christodoulou : « Tous ces diplômes imprimés pour ces Jeux sont des plus émouvants. Ils portent les noms des territoires grecs avec l’année de leur libération : îles de l’Égée 1821, Péloponnèse 1821, Grèce centrale 1821, îles Ioniennes 1864 […] Les noms des autres territoires encadrés de noir : Rhodes, Chypre, le Pont, Épire du Nord, Macédoine du Nord, Roumélie orientale ». En 1925, « Hiraklis » adressa un message exalté aux Jeux Panioniens, qui se déroulaient à Athènes : le club envoyait son message des « terres qui avaient vu naître des Philippe et des Alexandre » et avait « le secret espoir » que peut-être, un jour, de ces mêmes terres « naîtront de nouveaux Philippe et de nouveaux Alexandre, qui revendiqueront l’Antalcidas des temps modernes »11. Cependant, mise à part l’exaltation de l’identité « nationale » du club, « Hiraklis », comme nous l’avons remarqué, s’opposait, fréquemment et intensément, à Maccabi et autres clubs juifs12, par rapport auxquels, il est vrai, il présentait du retard tant en matière d’organisation qu’en nombre. Les équipes juives disposaient de leur propre terrain, à proximité de l’hôpital Hirsch, don de leur coreligionnaire Modiano, tandis qu’« Hiraklis » dût affronter bien des adversités avant d’acquérir son propre gymnase. Ce n’est qu’en 1914, après s’être adressé au Parlement grec, qu’il lui fut concédé un terrain pour la construction d’un gymnase lui permettant désormais de « tenir la face » par rapport à ses adversaires sportifs. Ce terrain se trouvait sur un ancien cimetière juif – ce qui constituait une offense pour la communauté juive.

  • 13  Les initiales signifient « Ethniki Enossis Ellas » (= Union Nationale Grèce), mais le sous-entendu (...)

15Le caractère idéologique d’« Hiraklis » n’était pas incompatible pour un athlète comme St. Orologas, nationaliste et membre de l’organisation fasciste E.E.E13.

  • 14  D’après Christodoulou, il y avait 201 membres d’inscrits en 1917 et 150 en 1918, op. cit., p. 61.
  • 15  Christodoulou mentionne les députés M. Négrepontis et Aristotélis Sakellariou, et deux rédacteurs (...)

16« Hiraklis », pendant toutes ces années, ne dépassa jamais les 200 membres,14 bien qu’il eût été le seul club sportif de la communauté grecque. Pendant la même époque, « Maccabi » et « Akoah » en comptaient chacun plus de 400. Néanmoins, « Hiraklis » continua à organiser des Jeux scolaires et juniors, qui se consolidèrent progressivement et formèrent un cadre institutionnel d’organisation régionale à l’intérieur du réseau sportif national. En 1922, il organisa les IIes Jeux sportifs juniors, en 1923, les Ier Jeux Thessaloniciens et, en 1925, les IIes Jeux Thessaloniciens et les Ier Jeux Macédoniens. Le fait que l’« Hiraklis » ait eu des appuis au Parlement (des députés le soutenaient), ainsi que ses propres journalistes qui supervisaient les rubriques sportives des journaux est révélateur de son influence au sein de la société locale15.

L’invasion du football

17Le football, ainsi qu’il a été dit, apparut à Thessalonique au tournant du siècle, à l’initiative de l’« Union Sportive ». Après l’intégration de Thessalonique à la Grèce, il commença à se répandre. Le football, remplaçant la « guerre des pierres » — le jeu traditionnel des enfants –, devint rapidement le sport le plus populaire du monde sportif, stigmatisé cependant par les partisans de l’élégance, qui le taxèrent de « barbarie ». En 1914, fut organisé le premier tournoi, auquel participèrent l’« Hiraklis » et quatre équipes juives. Ces matches, qui se déroulaient le week-end, « sont restés dans les annales sportives de Thessalonique [car] ils électrisaient et passionnaient toute la jeunesse ».

  • 16  Christodoulou, op. cit., p. 97.
  • 17  Lycée Stéfanos Noukas, École de Commerce, etc., ainsi qu’il ressort des informations de la presse (...)
  • 18  Il s’agit de Sot. Gotzamanis, voir journal Nea Alitheia, 23 mai 1915.
  • 19  Christodoulou, op. cit., p. 59.

18Les années suivantes et jusqu’à la fin des années 1910, la passion du sport, et particulièrement du football, prit encore de l’ampleur, et, en 1925, comme le remarque Christodoulou avec une note de mépris, « la manie du football atteignit son comble »16. Le football se propagea surtout dans les écoles, dont plusieurs disposaient d’équipes organisées déjà en 191517. Le courant se renforça avec l’apparition de nouvelles équipes de football, la fondation de l’Union des Clubs de Football de Macédoine et de Thrace en 1923, et l’organisation des premiers championnats régionaux. En 1914, la fondation de l’« Aris » de Thessalonique, une équipe pratiquant exclusivement le football, cristallisa la formation d’un clivage au sein de la communauté grecque, avec l’apparition d’un pôle opposé à « Hiraklis ». La lutte de deux équipes en vue de l’hégémonie sportive, est caractéristique de l’histoire du football au sein de la ville. Les sources relatives à ces premières années sont obscures, mais il semble que le fonctionnement d’« Aris » différait de celui d’« Hiraklis ». D’après Christodoulou, après un départ au ralenti, « Aris » se restructura en 1916 dans les conditions particulières, créées par la « discorde nationale », la présence des troupes de l’Entente dans la ville et le gouvernement vénizéliste de Thessalonique. « Aris », comme l’écrit Christodoulou, disputait alors de nombreux matches amicaux avec les équipes de la communauté juive et celles des troupes anglo-françaises, alors qu’elle avait de continuelles passes d’arme avec « Hiraklis ». Au-delà de l’antagonisme sportif, on peut s’interroger sur les prolongements idéologiques d’une rivalité, qui reflète sans doute la polarisation politique propre à la conjoncture de l’époque. Les sources sont laconiques à cet égard, mais il semble qu’« Aris » se trouvait, sur le plan social et politique, dans le camp des libéraux, à l’opposé d’« Hiraklis » qui inclinait vers les royalistes. Par exemple, en 1915, un membre du Conseil d’administration d’« Hiraklis », personnalité éminente de l’époque, était candidat du Parti Populaire aux élections parlementaires particulièrement polarisées de la même année18. En 1916, un contre-gouvernement vénizéliste de « Défense nationale » prit le pouvoir à Thessalonique, et, contrairement à la politique pro-allemande du gouvernement d’Athènes et du roi, se plaça aux côtés de l’Entente. L’épuration des éléments royalistes provoqua même l’éloignement de N. Kassapis, alors président d’ « Hiraklis »19. Dans son ouvrage, le vice-président d’« Hiraklis », N. Christodoulou, passe très hâtivement sur le sujet, évitant les détails embarrassants.

  • 20  PAOK = Association Sportive Thessalonicienne de Constantinople.
  • 21  Aris fut longtemps tenue pour l’équipe des intellectuels et des étudiants. Elle comptait parmi ses (...)
  • 22  La communauté juive se réduisit progressivement jusqu’à son extermination par les forces d’occupat (...)

19Une autre équipe de football importante fut fondée en 1924. Il s’agit du PAOK20, produit de l’afflux des réfugiés à Thessalonique. À ses débuts, alors que, sous le nom d’Union des Constantinopolitains, le PAOK n’était encore qu’un petit club local, il appela tous les sportifs originaires de Constantinople à se joindre à ses rangs. Certains répondirent à l’appel et quittèrent « Aris » et « Hiraklis » pour adhérer au PAOK. L’équipe trouva, par ailleurs, de puissants appuis dans la grande masse des réfugiés et devint rapidement le troisième pôle du football de Thessalonique. La fondation du PAOK acheva de donner à Thessalonique sa physionomie footbalistique, qui reste inchangée jusqu’à nos jours. « Hiraklis », dépositaire de l’esprit national, perdit progressivement influence et appuis sociaux, et son équipe rétrograda au second plan. « Aris » devint l’équipe des classes moyennes, des étudiants, des intellectuels, des hommes d’affaires libéraux21. En face d’elle, le PAOK était l’équipe par excellence des classes populaires et des réfugiés. Cette division et répartition des trois équipes reflètent la souveraineté du football, dont le contenu est, en fin de compte, moins national que social. Le football juif recula, proportionnellement à la situation difficile de la communauté juive après l’incendie de 1917, jusqu’à s’éteindre définitivement pendant la Deuxième Guerre mondiale22.

20L’année 1923 connut les premières organisations de championnats locaux. « Aris » en est ressorti champion de Macédoine. Au fur et à mesure ce club joua plus généralement un rôle de leader dans la vie sportive de la ville. En 1925, l’Union des Clubs de Football de Macédoine et de Thrace comptait 20 clubs membres, et 14 autres équipes de football « officieuses » participèrent aux Championnats des clubs non enregistrés.

Le parachèvement de la structure sportive

  • 23  Christodoulou, op. cit., p. 80-1, 103.

21Au cours de la période que nous examinons, le football gagna une place prépondérante sur la scène sportive de la ville. L’athlétisme, quoique réduit à un rôle de second ordre, continua à se développer, notamment au travers des compétitions régionales. L’une des conséquences de la restructuration de la vie sportive de la ville fut le recul des sports introduits au XIXe siècle (gymnastique, vélo, etc.). Une course cycliste fut certes organisée en 1925, mais la portée de ces disciplines sportives était déjà minime. L’apparition et l’implantation de nouveaux sports d’équipe, tels que le basket et le volley, vinrent compléter le tableau de la vie sportive de Thessalonique. Le pionnier de ces sports fut l’Union Chrétienne de jeunes gens de Thessalonique – une annexe de l’Union Chrétienne de jeunes gens (de l’anglais YMCA, Young Men’s Christian Association). Cette organisation américaine avait pris en charge l’organisation des loisirs des troupes pendant la Première Guerre mondiale, puis, par le biais de l’armée, s’était introduite dans la société grecque. À partir de 1918, son action – un mélange de catéchisme chrétien et d’activités culturelles – s’étendit jusqu’à Athènes. En 1921, elle s’installa officiellement à Thessalonique. Par la suite, le gouvernement grec lui concéda un grand terrain près de la Tour Blanche, où elle construisit sa résidence. Les installations de l’Union Chrétienne à l’époque comprenaient des terrains de tennis et de volley23. Quoique le football fît partie de ses activités, cette organisation montrait une prédilection pour les sports américains, notamment le volley et le basket. C’est d’ailleurs grâce à elle que les clubs locaux s’initièrent à ces sports qui, à partir de 1919, commencèrent à se répandre avec des moyens rudimentaires. En 1924-25, le premier championnat régional de basket eut lieu. Dans la ville, existaient déjà 15 équipes, mais 6 seulement prirent part à ce championnat, (Hiraklis, Aris, VAO, l’Union arménienne, ainsi que les équipes juives Maccabi et Akoah). Bien implanté à Thessalonique, le basket se propagea ensuite dans le reste de la Grèce. En 1925, il fut introduit dans le programme sportif des forces armées et, en 1928, fut organisé le premier championnat de Grèce, d’où « Hiraklis » sortit vainqueur.

22En 1925-26, l’Union Chrétienne organisa à Thessalonique un championnat de volley, auquel, en dehors de sa propre équipe, participèrent six autres équipes (Hiraklis, Aris, Union Macédonienne, Union des Constantinopolitains, Maccabi et Atlas).

  • 24  Sur le sport féminin et la participation des femmes aux clubs sportifs, voir les remarques pertine (...)
  • 25  Grâce aux bals, aux conférences et au sport, Maccabi donna aux filles leur liberté, voir Miriam Ve (...)

23Par ailleurs, l’Union Chrétienne organisa et dirigea de nombreux petits clubs, ainsi que les équipes scolaires. Elle contribua ainsi à la promotion organisée du sport dans l’ensemble de la jeunesse. Nous pouvons donc dire que, après 1920, Thessalonique disposait d’une structure sportive complète. L’introduction du sport féminin s’avéra un paramètre important de cette image. Le fait est d’une importance considérable pour l’histoire sociale24. C’est « Aris » – le club grec le plus novateur de la ville – qui donna le départ en créant la première section de volley féminin. Parmi les clubs juifs, Maccabi et Akoah25 avaient aussi une section sportive féminine, puis les autres clubs suivirent progressivement.

  • 26  Voir Association Gymnastique Hiraklis : 1908-2003, (en grec), Thessalonique, 2003, p. 55-56.

24Durant le premier quart du XXe siècle, la vie sportive de l’État grec était encore marquée par l’organisation régionale. Ce n’est qu’après 1927-1928 que le championnat national de football fut organisé, suivi du championnat national de basket. Cela signifie que le mouvement sportif de chaque ville était autonome. Les liens unissant les clubs de Thessalonique à la capitale étaient lâches. La venue à Thessalonique d’une équipe athénienne pour disputer des matches amicaux était un véritable événement. L’existence d’institutions nationales, telles que le SEGAS (Fédération hellénique d’athlétisme, fondée en 1899) et l’EPO (Fédération hellénique de football, fondée en 1926), n’est pas suffisante pour parvenir à l’unification du sport grec. L’EPO, par exemple, traversa une crise à partir de 1927, en raison de la politique « séparatiste » des trois grands clubs d’Athènes et du Pirée, qui avaient formé le POK (Podosfairikos Omilos Kentrou = Réunion de football du Centre), afin de protéger leur intérêt contre la progression des petits clubs qui, malgré leur moindre importance, n’en constituaient pas moins le réseau sportif national. Cependant, malgré ses efforts pour le dissocier du réseau régional, le POK ne réussit pas à s’associer « Hiraklis »26. Pour une équipe de Thessalonique, le coût de l’isolement était plus grand que les bénéfices qu’elle aurait pu en tirer par la participation a l’entourage des puissants clubs de la capitale. Au début des années 1920 les clubs de la ville, recherchant une communication avec d’autres clubs, se tournèrent vers la Serbie voisine, plus proche qu’Athènes. « Aris », champion de Macédoine, inaugura cette ouverture en organisant, à partir de 1923, les premiers matches internationaux.

  • 27  L’idée germait déjà depuis 1921, sur l’initiative de l’Union Chrétienne de jeunes gens, qui avait (...)

25Le fait est d’importance, parce qu’il s’inscrit dans une conjoncture internationale où se développent des initiatives pour l’entente entre les États balkaniques, après la fin des longues hostilités dans la péninsule balkanique. En Grèce, l’artisan de cette ouverture fut le Parti des Libéraux, son chef – Vénizélos – et d’autres personnalités du milieu libéral. Après avoir entretenu des relations avec les États balkaniques, le processus aboutit, en 1930, au Pacte d’Amitié gréco-turque et le Pacte d’« entende balkanique », signé en 1934 par les gouvernements grec, turc, yougoslave et roumain. Le sport joua un rôle important dans toutes ces évolutions. En effet, M. Rinopoulos, éminente personnalité du Parti des Libéraux et président du SEGAS, lutta âprement pour instituer l’organisation de Jeux Balkaniques d’athlétisme.27 Les premiers Jeux Balkaniques se tinrent en 1929 pour devenir, par la suite, l’institution la plus durable des rencontres internationales, après les Jeux Olympiques. De 1929 à 1931, fut également organisée la première Coupe Balkanique de football, à laquelle participèrent la Grèce, la Roumanie, la Yougoslavie et la Bulgarie.

  • 28  Journal Niki, n21-22, 15-30 novembre 1924.

26Les clubs de football de Thessalonique se trouvent à l’origine de ce mouvement. Les rencontres internationales avec des équipes serbes, qu’« Aris » inaugura, eurent lieu en 1923 et 1924, à une époque où les relations gréco-serbes traversaient une passe difficile. En janvier 1923, « Aris » accueillit l’équipe serbe « Sport Klub », puis, l’année suivante, la championne de Serbie du Sud, « Perister » de Monastir. Cette deuxième rencontre se déroula dans un climat de fraternité, où les messages politiques étaient nettement flagrants. Le match eut lieu en novembre 1924. Le journal sportif Niki le présenta comme « un grand match de football entre la Grèce et la Serbie ». « Aris » reçut la délégation serbe et, le lendemain matin, les footballeurs serbes « guidés par des jeunes membres d’Aris sachant le serbe, visitèrent les divers sites de notre ville ». Sur le terrain, flottaient des drapeaux grecs et serbes et plus de 6 000 spectateurs assistèrent au match. Malgré la victoire d’« Aris » qui battit l’équipe serbe par un score de 5-0, le journal écrivit : « Les officiels et autres spectateurs accueillent chaleureusement l’équipe victorieuse et, au signal du capitaine, s’écrient trois fois ‘Vive la Serbie’ » (!). Le soir se tint un banquet accompagné de divertissements, qui dura jusque tard dans la nuit28. « Aris » rencontra, au cours du même mois, une équipe mixte de Skopje qui, par la suite, disputa également un match amical contre « Hiraklis ». En avril 1925, « Aris » se rendit à Monastir pour la revanche contre « Perister » devenant ainsi le premier ambassadeur de l’entente sportive balkanique.

27Au cours du premier quart du XXe siècle, Thessalonique passa d’une structure sportive rudimentaire à une organisation complète de la vie sportive. La ville devint ainsi l’animateur du mouvement sportif dans toute la Grèce du Nord qui, jusqu’à aujourd’hui, alimente le sport grec dans de plus grandes proportions que la Grèce du Sud et du Centre. L’introduction de cette structure sportive dans la vie sportive nationale et les répercussions du centralisme athénien sur le sport de la Grèce du Nord, constituent une vaste question débordant les limites temporelles de cet article. En tout cas, sur cette période du premier quart du XXe siècle, dominée par l’autonomie des structures régionales, la recherche sur le modèle de Thessalonique a encore beaucoup à donner.

Haut de page

Notes

1  L’incendie réduisit en cendres 9 500 maisons et tous les édifices publics, laissant 73 000 habitants sans abri. De plus, il détruisit les bureaux et les archives de la plupart des associations, c’est-à-dire une grande part des sources de cette époque. Ainsi, la source la plus importante dont nous disposons est l’ouvrage de N. Christodoulou, L’Association Gymnastique « Hiraklis » de Thessalonique et l’évolution du sport à Thessalonique, (en grec), publié en 1927. Christodoulou était alors vice-président d’Hiraklis.

2  Ioannis Fokianos, initiateur de l’éducation physique en Grèce, y joua un rôle important. Voir N. Christodoulou, op. cit., Thessalonique, 1927, p. 7-9. Sur l’essor de la gymnastique et, plus généralement, de l’athlétisme en Grèce, v. Christina Koulouri, Sport et sociabilité bourgeoise. Associations sportives en Grèce, 1870-1922, Paris, 2002.

3  Les conflits entre membres d’une même association conduisant jusqu’à la scission n’étaient pas rares. De nombreuses associations sportives, en Europe et en Grèce, virent le jour de cette manière.

4  Grecs : 13 683, Juifs : 14 319, Turcs : 9 826, autres : 1 889, d’après le journal Nea Alitheia, qui rectifiait quelques manipulations frauduleuses des statistiques officielles (voir no du 12 février 1915). Sur la communauté en général, voir l’ouvrage classique de J. Nehama, Histoire des Israélites de Salonique, Communauté Israélite de Thessalonique, 7 tomes, republication 1978, et Rena Molcho, Les Juifs de Thessalonique, 1856-1919. Une communauté particulière (en grec), Athènes, 2001.

5  Journal Foni tis Makedonias [Voix de la Macédoine], 11 juin et 3 juillet 1919.

6  Sur la Fédération, voir A. Benaroya, Le premier carrefour du prolétariat grec, (en grec), Athènes (republication), 1975 ; K. Moscov, Thessalonique ; profil de la ville commerçante, 2e éd., (en grec), Athènes, 1978, p. 165-200, Ant. Liakos, La Fédération ouvrière socialiste de Thessalonique et la jeunesse socialiste. Ses statuts (en grec), Thessalonique, 1985.

7  Christodoulou, op. cit., p. 19.

8  Christodoulou, op. cit., p. 119, 196 et 200.

9  Les conflits remontent à l’époque ottomane. En 1903, de sérieuses bagarres éclatèrent à l’occasion de la représentation d’une pièce de théâtre, voir K. Tomanas, Le théâtre dans la vieille Thessalonique, (en grec), Thessalonique, 1994, p. 55. Lors de la grande grève de 1914, où la Fédération joua un grand rôle, les journaux grecs accusèrent violemment la communauté juive de complots politiques contre la Grèce, voir Efi Avdela, « Le socialisme des ‘autres’ : lutte des classes, conflits des nationalités et identités de genre dans la Thessalonique post-ottomane », (en grec), Ta Istorika, n18-19, juin-déc. 1993, p. 171-204.

10  Le fonctionnement monopolistique, dans l’organisation du sport, perdura en fait jusqu’en 1921, année de la fondation de l’Union Chrétienne de jeunes gens de Thessalonique.

11  Christodoulou, op. cit., p. 109.

12  Christodoulou réprouvait vivement le caractère racial que le conflit prenait, op. cit., p. 70.

13  Les initiales signifient « Ethniki Enossis Ellas » (= Union Nationale Grèce), mais le sous-entendu fut « Ellines Eksontoste Evraious » (= Grecs Anéantissez les Juifs). L’organisation était responsable des persécutions contre les Juifs de la ville en 1931. K. Tomanas, Chronique de Thessalonique, 1921-1914, (en grec), Thessalonique, 1996, p. 90, note que St. Orologas participait aux défilés de l’Organisation, vêtu de sa tenue sportive et portant ses médailles.

14  D’après Christodoulou, il y avait 201 membres d’inscrits en 1917 et 150 en 1918, op. cit., p. 61.

15  Christodoulou mentionne les députés M. Négrepontis et Aristotélis Sakellariou, et deux rédacteurs responsables des rubriques sportives des journaux Fos et Tachidromos.

16  Christodoulou, op. cit., p. 97.

17  Lycée Stéfanos Noukas, École de Commerce, etc., ainsi qu’il ressort des informations de la presse de Thessalonique.

18  Il s’agit de Sot. Gotzamanis, voir journal Nea Alitheia, 23 mai 1915.

19  Christodoulou, op. cit., p. 59.

20  PAOK = Association Sportive Thessalonicienne de Constantinople.

21  Aris fut longtemps tenue pour l’équipe des intellectuels et des étudiants. Elle comptait parmi ses membres fondateurs l’écrivain moderniste Giorgos Délios, et Emilios Riadis, compositeur et directeur du Conservatoire de Thessalonique dans les années 1930, figurait au nombre des amis de l’équipe. Récemment encore, Henry Michel, entraîneur français de l’équipe, déclarait lors d’une interview qu’il avait été surpris d’être aussi souvent arrêté dans la rue par des intellectuels (avocats, médecins, artistes, etc.) qui lui parlaient de l’équipe.

22  La communauté juive se réduisit progressivement jusqu’à son extermination par les forces d’occupation allemandes, voir Communauté Israélite de Thessalonique, In Memoriam. Hommage à la mémoire des victimes juives du nazisme en Grèce, (en grec), 2e éd., Thessalonique 1976, p. 20.

23  Christodoulou, op. cit., p. 80-1, 103.

24  Sur le sport féminin et la participation des femmes aux clubs sportifs, voir les remarques pertinentes de Ch. Koulouri, op. cit., p. 116-7, 199, 203, 223-5.

25  Grâce aux bals, aux conférences et au sport, Maccabi donna aux filles leur liberté, voir Miriam Venezia, « Youth in ‘Maccabi’ » dans David A. Rekanati (éd.), In Memoriam of Salonike, Tel Aviv 1972 et 1986, t. 1, p. 305-6.

26  Voir Association Gymnastique Hiraklis : 1908-2003, (en grec), Thessalonique, 2003, p. 55-56.

27  L’idée germait déjà depuis 1921, sur l’initiative de l’Union Chrétienne de jeunes gens, qui avait un réseau dans les Balkans. Lors de l’Olympiade de Paris, en 1924, la question fut soulevée par la délégation grecque du SEGAS. Lors de l’Olympiade d’Amsterdam en 1928, la délégation grecque fit de nouveau de gigantesques efforts pour arriver à un accord avec les autres délégations balkaniques. L’accord fut finalement conclu, après que la Grèce accepta d’organiser les Jeux tous les ans, en prenant tous les frais à sa charge, jusqu’à ce qu’un autre pays demandât à en être l’organisateur. En 1934, les Jeux se déroulèrent pour la première fois hors de Grèce, en Yougoslavie.

28  Journal Niki, n21-22, 15-30 novembre 1924.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vassias Tsokopoulos, « La formation de la vie sportive à Thessalonique (première moitié du XXe s.) », Études balkaniques, 11, 2004, 127-144.

Référence électronique

Vassias Tsokopoulos, « La formation de la vie sportive à Thessalonique (première moitié du XXe s.) », Études balkaniques [En ligne], 11 | 2004, mis en ligne le 06 avril 2009, consulté le 23 avril 2017. URL : http://etudesbalkaniques.revues.org/173

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org